Interviews

Interview de Tia COTANT

***

**

Qui es-tu? Raconte-nous ton parcours, celui qui t’a mené à l’écriture. 

Je m’appelle Tia Cotant, je suis née en 2005 et j’habite dans le Var. J’ai appris à lire seule à l’âge de 5 ans. Depuis je n’arrête plus de lire. Chez moi, on m’appelle “la dévoreuse de livres”. J’ai sauté le CE1 car je suis une enfant précoce. J’ai toujours écrit des petites histoires pour mes petits frères que j’illustrais moi-même. Je collais les pages entre elles et je leur faisais des petits livres pour leurs anniversaires. A 10 ans, j’ai participé à l’émission M6 “Les Petits Génies”. Et puis, à la suite de cela, ma passion pour la lecture et l’écriture s’est tellement intensifiée que j’en suis venue à écrire mon premier roman à 10 ans. Je voulais mon propre monde et tenir mon histoire entre mes mains. Je n’étais pas du tout partie pour en faire un roman : j’étais en permanence avec une amie et je m’ennuyais, j’ai ouvert mon cahier de grammaire et j’ai pris un sujet de rédaction que j’ai commencé à faire. En rentrant chez moi je l’ai continué et j’ai dit à ma mère que je voulais en faire un livre. Et c’est là que mon parcours d’auteur a commencé.

***

**

Les romans

Combien de livres as-tu publiés? 

J’ai publié cinq romans:

Le Monde Imaginaire (2016)

La Bibliothèque Magique tome 1 et 2 (l’amour entre les lignes) (2017)

Les enquêtes des jumeaux Riddle: la légende d’Annwynn (2018)

Mon petit soldat (2021)

Dans quel(s) genre(s) écris-tu? 

J’écris de la fantaisie, de l’imaginaire. Il y en a un qui est également mêlé à de l’enquête. Je ne me délimite pas de genre, je fais en fonction des idées qui me viennent, mais c’est vrai que pour l’instant cela a été uniquement de l’imaginaire à part mon dernier roman qui est une fiction historique.

Quel est le livre dont tu es le plus fier parmi tes publications? Celui qui te marque le plus?

Je pourrais dire que c’est mon premier livre car c’est vraiment le début de l’aventure, mon tout premier salon, les encouragements des lecteurs qui m’ont poussée à continuer. Mais je pense que le livre dont je suis la plus fière est mon tout dernier “Mon petit soldat”. En effet, j’adore tout ce qui touche à la Seconde Guerre mondiale et il était important pour moi d’écrire un livre entièrement dédié à cette période pour “ne jamais oublier”.

***

**

Métier d’auteur

Es-tu auteur à temps plein? Vis-tu de tes romans? 

Non je ne suis pas auteure à plein temps car je n’ai que 15 ans actuellement et je suis en terminale, je dois encore aller à l’école. Même lorsque j’aurai fini mes études, je ne pense pas en faire mon métier, je préfère que cela reste une passion. Je ne veux pas être forcée à écrire pour pouvoir vivre mais si jamais mes livres me permettaient d’en vivre, je serais très heureuse.

Si tu travailles à côté, qu’est-ce qui est le plus difficile?

Le plus difficile, c’est de gérer mes devoirs. Je n’ai presque pas de temps pour écrire. Cela faisait 2 ans que je n’avais pas écrit, car j’étais très occupée par mes cours,…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est once-upon-a-time-719174_1920-1024x549.jpg.

***

**

L’autoédition

Qu’est-ce qui te plait le plus en autoédition? 

Ce qui me plaît le plus, c’est la liberté offerte : pas de contraintes imposées d’écriture ou de modifications de texte, pas de couverture imposée… J’imprime quand je veux, à des prix moins élevés, je gère tout toute seule, c’est vraiment pratique (enfin pas seule mais avec ma mère).

Qu’est-ce que tu aimes le moins en autoédition? 

Le problème avec l’autoédition, c’est tout d’abord la visibilité. Sachant que tout le monde peut publier par les plateformes d’autoédition, il peut y avoir des arnaques… puisque les textes ne sont pas vérifiés. Les auteurs perdent donc de la crédibilité auprès de certaines personnes. Ensuite, à moins d’aller distribuer des livres en librairie (et encore on ne peut pas distribuer dans tout le pays), ils sont souvent disponibles dans peu de plateformes et magasins. Le deuxième problème, c’est l’accès aux salons. J’aimerais bien accéder à certains salons connus, mais ils sont pour la plupart accessibles uniquement aux maisons d’éditions. C’est vraiment dommage, mais en même temps je sais que c’est considéré comme un “gage de crédibilité” d’avoir un éditeur. Mais je ne regrette pas d’être en autoédition et j’espère qu’au fur et à mesure, l’opinion générale sur nous changera !

Es-tu intéressé par l’édition traditionnelle en Maison d’Edition? Ou es-tu déjà hybride? 

J’ai déjà été publiée par une maison d’édition mais l’expérience ne m’a pas plu et heureusement, celle-ci a fermé, ce qui m’a permis de récupérer mes droits. J’ai trouvé que pour se procurer des exemplaires auteurs, le prix était exorbitant et que la maison d’édition le mettait également en vente trop cher. Je veux être une auteure accessible au plus grand nombre et que cela ne soit pas réservé qu’aux personnes plus aisées. Et après cette expérience, je me suis rendu compte que je préfère rester en autoédition, à moins qu’un jour un contrat exceptionnel ne me soit proposé 😉

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est apple-1834328_1920-1024x683.jpg.

***

**

L’écriture

Quand écris-tu? A quel moment de la journée? 

Cela dépend des jours, du temps que j’ai, mais c’est souvent l’après-midi ou le soir car c’est là que j’ai le plus de temps.

As-tu des habitudes d’écriture, des rituels? 

Non pas spécialement.

Plutôt papier? carnet? ordinateur?

J’ai toujours écrit sur papier. Pour mon roman en cours, j’ai tenté en écrivant directement sur ordinateur et je me rends compte finalement que je suis beaucoup moins productive donc je reste sur papier. Après que ce soit dans un carnet, sur des feuilles libres ou autre support, peu importe. Il faut juste que j’écrive à la main.

Plan ou improvisation? 

Pour mes romans déjà publiés, j’avais l’idée générale, les personnages, néanmoins, je n’avais pas la fin. Par exemple, je ne pensais pas faire une suite à “La Bibliothèque Magique” mais lorsque je suis arrivée au bout, je voulais continuer à écrire alors j’ai introduit une fin qui laissait sous-entendre une suite possible, mais pas obligatoire. Finalement j’ai écrit le tome 2 un mois après. Mon avant-dernier roman étant une enquête, j’avais un plan général car c’est obligatoire pour ne pas perdre le sens, disséminer les indices au bon endroit… mais après, tout n’était pas noté, certaines choses viennent au fil de l’écriture. Pour le dernier roman Mon petit soldat, je me suis énormément documentée vu que c’st une fiction historique et qu’il y a une chronologie à suivre donc j’ai dû faire un plan beaucoup plus détaillé.

Combien de temps pour écrire le premier jet d’un livre?

Je n’ai pas vraiment de premier jet, deuxième jet… J’écris des paragraphes, je les tape sur l’ordinateur, la fois d’après je relis, je change des choses, je continue à écrire… Je change souvent en me relisant ou une fois que mon livre est terminé pour le finaliser ou compléter. Après entre le moment où je commence à écrire et le moment où je le publie, cela varie selon mes romans. Mon tout premier livre a vraiment pris peu de temps car il est très court (30 pages). Mon roman en deux tomes a été réalisé en quatre mois : deux mois pour le premier et deux mois pour l’autre. Mon avant-dernier livre a pris un peu plus de temps. Et le dernier, je l’avais commencé il y a deux ans, je n’ai plus rien écrit, mais ça y est il est enfin publié après deux mois d’écriture.

***

**

Indiscrétions

Quel est ton livre préféré?

Mon livre préféré ? C’est compliqué car j’aime tous les livres ! Je dirais peut-être Harry Potter. En fait je me suis fait une liste de MES livres préférés : Harry Potter, Hunger Games, Divergente, Percy Jackson, Twilight, le Pays des Contes, Gardiens des Cités Perdues. Mais je pourrais en citer encore beaucoup car il n’y a pas un seul livre que j’ai lu et que je n’ai pas aimé, j’apprécie vraiment tout, ce qui est parfois difficile car ma bibliothèque déborde !

As-tu des hobbies? des loisirs en dehors de l’écriture?

Oui j’adore lire et dessiner. Avant je souhaitais m’orienter dans le design, mais je préfère être libre de créer quand je le veux.

Qu’éprouves-tu avant la sortie d’un roman? 

De l’impatience. Beaucoup d’impatience. Tenir son propre roman dans ses mains, c’est vraiment quelque chose de magique.

***

**

Et pour finir…

Quels sont tes projets dans les mois à venir? 

La promotion de mon cinquième roman et ensuite du repos !!! Ah non, il y a mon baccalauréat donc le repos cela sera pour plus tard.

As-tu un ou des conseil(s) pour les auteurs débutants? 

Vivez vos rêves. Si vous voulez publier un livre, faites-le, n’ayez pas peur du regard des autres. Si on vous donne des conseils, écoutez-les mais avec modération et recul car il y en a beaucoup trop avec des avis divergents, vous devez faire ce qui vous importe. Faites-vous confiance. Si vous n’êtes pas certain de votre roman, faites-le lire à votre entourage, faites appel à des bêtas lecteurs ou d’autres auteurs qui accepteraient de lire le manuscrit. Moi-même je serais heureuse si des personnes me demandaient de lire leur roman pour les encourager à vivre cette aventure formidable. Enfin, réfléchissez bien à votre mode d’édition. Je conseille vraiment l’autoédition, mais c’est un jugement personnel que d’autres contrediraient. Un éditeur peut vous refuser alors que le public aurait adoré, c’est le risque. L’autoédition vous permet de ne le diffuser qu’à votre entourage si vous le souhaitez alors que les maisons d’éditions l’enverront à plein de librairies,… Mais surtout, on ne le répétera sûrement jamais assez, croyez en vous! C’est la chose la plus importante. Si vous lisez cela, lancez-vous!

Quelque chose à ajouter?

Ecrire est une belle aventure… Voir les retours positifs des lecteurs, aller à leur rencontre et même sans parler de diffusion, tenir son livre en version papier, ce sont vraiment des petits bonheurs qui nous apportent énormément.


***

**

En savoir plus sur l’auteur:

Facebook Site internet InstagramYoutube

Pour découvrir ses romans : AMAZONDÉDICACÉ

***

**

Merci à Tia de s’être prêtée au jeu de l’interview en toute sincérité.

Interview du 4 septembre 2021

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :